Ve translation unavailable for violence.

Dans le cadre du séminaire Justice, mémoire, réconciliation du Master 1 Études du Développement de l’Institut d’étude du développement économique et sociale (IEDES), de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, une séance spéciale, ouverte à tous, sera organisée autour de la question suivante : "Justice internationale : quel levier pour la sortie de conflits?"

Seront accueillis à cette occasion trois spécialistes de la question, alternativement chercheurs, observateurs et praticiens :

DATE DE MISE A JOUR : 12/04/2018

La majeure partie des écrits académiques, politiques ou journalistiques, soutient que les viols commis par des organisations armées relèvent d’une stratégie, d'une tactique ou d'une arme de guerre. Pourtant, cette hypothèse n’explique pas la diversité, très bien documentée, des viols en temps de conflit armé. Certains gagnent à être appréhendés en tant que pratique sociale : il ne s'agit pas d'une décision hiérarchique délibérée à des fins politiques, mais d'une pratique souvent tolérée par des dirigeants et encouragée par les interactions sociales entre combattants.

DATE DE MISE A JOUR : 05/04/2018

Le non-respect des résolutions des Nations unies et le recours aux armes chimiques en Syrie remettent en question tout le système de sécurité collective, juge Laëtitia Atlani-Duault, directrice du Collège d'études mondiales, dans une tribune au « Monde », publiée le vendredi 30 mars.

DATE DE MISE A JOUR : 03/04/2018

Par-delà les questions de causalité, l’historien peut examiner le rapport des religions à la violence massive (i.e., la guerre) sous l’angle de « conditions de possibilité » : en quoi la connaissance d'une religion donnée rend-elle intelligible certaines parmi les formes que prend la guerre dans une société hôte de cette religion (ou dans une société sécularisée dont la culture a été façonnée par ladite religion) ? Il ne s’agit donc pas de réduire le phénomène « guerre » au religieux, mais de voir ce que la religion fait comprendre dans les phénomènes guerriers.

DATE DE MISE A JOUR : 08/03/2018

Apocalypse et violence. Dans l’histoire, les deux sont liées. Avec ce paradoxe initial : l’apocalypse est aspiration à du tout autre, et un des traits essentiels de ce monde autre, entièrement nouveau, c’est, justement, une sortie définitive de la violence.

DATE DE MISE A JOUR : 08/02/2018

Le conflit syrien, d’une grande complexité et d’une violence inouïe, implique nombre d’acteurs avec des intérêts divergents. La position de ces acteurs locaux, régionaux et internationaux a changé au fil des sept années du conflit. Aujourd’hui, il apparaît possible d’envisager une solution politique de court terme malgré de nombreux obstacles qui persistent. Sommes-nous face à une diminution graduelle des violences ou allons-nous assister à la fin du conflit ?

DATE DE MISE A JOUR : 25/01/2018

Sylvain Antichan

Biographie

Docteur en science politique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Sylvain Antichan a été chercheur post-doctorant à la FMSH de 2017 à 2018 dans le cadre d’une enquête sur l’impact des attaques terroristes.

Ses recherches portent les processus de légitimation politique, les identifications civiques et les rapports au politique des citoyens interrogés à travers les politiques de la mémoire d’une part et les effets politiques et sociaux des attentats d’autre part.