18 novembre 2021
Pourquoi réformer l'islam pour lutter contre la radicalisation violente est une mauvaise idée (EN)

Webinaire "La participation politique dans son contexte "extrême" au Moyen-Orient" | Jeudi 18 novembre 2021

Nouvelle session en anglais du webinaire "La participation politique dans son contexte "extrême" au Moyen-Orient", organisée par la FMSH et l'Ifpo pour le projet PAVE, avec l'intervention de Georges Fahmi.

Présentation de l'intervention

Suite à une résurgence du terrorisme islamiste au cours de la dernière décennie, de nombreux dirigeants politiques ont appelé à une « réforme islamique » comme approche pour faire face à cette vague de radicalisation violente d'inspiration religieuse. C'est le cas aussi bien dans les pays à majorité musulmane que dans les pays à minorité musulmane. En France par exemple, le président Emmanuel Macron a appelé l'an dernier à la réforme de l'islam en France. Il veut construire un « Islam des Lumières », un projet qui inclurait une formation pour les imams qui combine la connaissance de l'Islam avec les valeurs des Lumières, ainsi qu'un enseignement approfondi de penseurs musulmans progressistes tels qu'Averroès et Ibn Khaldoun de la XIIe et XIVe siècles. Le projet d'Emmanuel Macron coïncide avec d'autres appels à la réforme de la tradition islamique dans les sociétés musulmanes au cours des dernières années comme l'Égypte et l'Arabie saoudite. Cependant, dans quelle mesure cet État peut-il appeler à « réformer » l'islam, tant en termes de règles régissant la sphère religieuse, que de décision/réforme du discours religieux, et empêcher la radicalisation violente au sein des communautés musulmanes ? Comment la gestion étatique de l'espace religieux impacte-t-elle les phénomènes de radicalisation violente ? Et inversement, la radicalisation violente a-t-elle des implications pour la gestion étatique de la religion ?

Détails

Webinaire (en anglais)

Jeudi 18 novembre 2021
17h - 18h30

Inscription (un email de confirmation vous sera envoyé avec toutes les informations pour rejoindre le webinaire)

Ajouter à mon agenda
Georges Fahmi : chercheur associé du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Chatham House. Auparavant, Georges Fahmi était chercheur au Middle East Directions Program du Robert Schuman Center for Advanced Studies, à l'Institut universitaire européen de Fiesole, en Italie. Ses recherches portent sur les acteurs religieux dans la transition démocratique au Moyen-Orient, sur l'interaction entre l'État et la religion en Égypte et en Tunisie, et  sur les minorités religieuses en Égypte et en Syrie.

Partager
Séminaire

La participation politique dans son contexte "extrême" au Moyen-Orient

Malgré la prépondérance de la recherche sur l’extrémisme violent et les politiques de lutte et de prévention en général, les concepts clés générés par cette discipline posent problème car ils sont souvent chargés normativement et imprécis empiriquement. Pour offrir une meilleure compréhension de cet objet qu’est l’extrémisme violent, à la fois scientifique et dans les politiques publiques, nous avons choisi de faire dialoguer au sein de ce wébinaire, chercheurs, parties prenantes et praticiens que nous appelons « de l’intérieur » qui s’interrogent sur la construction de la radicalisation et de l’extrémisme violent au sein des relations politiques de la région MENA.

Notre objectif est de constituer une approche nouvelle et originale, en partant par le bas, pour comprendre les différentes réalités de la violence, de la radicalisation, de l'extrémisme violent et du terrorisme, en cherchant à comparer, confronter et critiquer les différentes politiques publiques et les différentes approches de traitement mises en œuvre pour s’attaquer au phénomène d’extrémisme violent au sein des Etats étudiés. Au-delà de la radicalisation et de l’extrémisme violent, la question de l’engagement et la participation civile, armée, militaire, politique depuis les révoltes arabes, sera posée dans une articulation entre le local, le national et le global.

Nous cherchons à comprendre comment les relations entre les acteurs politiques au sein des Etats situés dans la région MENA s’articulent avec les enjeux régionaux ; comment les conflits politiques passés et présents se jouent entre les acteurs nationaux et redessinent en permanence la carte des appartenances politiques et communautaires, à la fois dans les discours et dans les pratiques. Les contextes locaux, nationaux et régionaux seront ainsi étudiés comme catalyseurs des relations politiques entre les acteurs (étatiques et non étatiques) dans la région.

Format du wébinaire et axes de recherche

Sur la base d’un rendez-vous toutes les trois semaines, nous nous réunirons à compter du mois d’avril 2021 autour d'une communication portant sur un travail de recherche sur un pays, complétée par une intervention d’activiste, de praticien ou d’une partie prenante éclairant les questions soulevées, en laissant une large place à la discussion collective.

 

Plusieurs thèmes et axes de recherche seront abordés au fil des séances:

Axe 1 : engagement, gouvernance et politiques

  • Carrières militantes, comment devient-on acteur politique dans cette région du monde ? Sur quoi se construit l’activisme politique ou quelle est la trajectoire des acteurs politiques qui se situent dans les pays de la région ?
  • Les relations entre acteurs politiques dominants, l’opposition et la marginalisation ?
  • Relation entre institution politique, institution partisane et institution religieuse (dédoublements, alliances, conflits…) ?
  • Modes de gouvernement, discours et pratiques politiques…

Axe 2 : Droit, lutte contre le terrorisme et institution pénitentiaire

  • L’impact des lois antiterroristes sur le traitement de l’extrémisme violent et sur l’organisation des prisons : émergence, renforcement et extension d’un cadre juridique spécifique reconfigurant les relations entre justice, police, armée et renseignement.

Axe 3 : le traitement médiatique des relations politiques et de pouvoir

Axe 4 : Citoyenneté vs. Sectarisme: action publique, prise de conscience, nouveaux modes de participation et d’organisation politique

Le wébinaire se tiendra dans les trois langues, en arabe, en anglais et en français.

 

Comité d’organisation : KORTAM Marie (Ifpo-FMSH), SHARQAWI Mohammed (FMSH).

Organisé en partenariat avec l'Ifpo.

 

The PAVE project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 870769.
The content provided in this webinar reflects the author’s views only. Neither the Research Executive Agency (REA) nor the European Commission are responsible for any use that may be made of the information it contains.
Thèmes de recherche : 
Image principale : 
Sous-titre : 

Projet PAVE | Webinaire

Rubrique (Parent) : 
Recherche
Programmes : 
PAVE | Prévenir l’extrémisme violent grâce à la résilience communautaire
Site Type : 
Pôles : 
Imported : 
Projet Terminé : 
Type de contenu : 
nouveau contenu
Language : 
en
fr
Type de programme : 
Séminaire

Voir aussi