21 février 2017
Mobilité inclusive ou accès équitable aux ressources ?

Séminaire du GRETS avec Caroline GALLEZ Urbaniste, chercheure HDR à l’IFSTTAR, Laboratoire Ville Mobilité Transport (Université Paris-Est)

 

La séance sera introduite par Elodie MERLE (EDF R&D) 

La capacité des personnes à se déplacer dans l’espace géographique est généralement présentée comme une condition indispensable de l’insertion sociale, et l’immobilité, ou la difficulté à se mouvoir facilement, qu’elle soit physique, ou due à un manque de ressources matérielles, comme un handicap auquel les politiques publiques doivent s’efforcer de remédier. Dans cette perspective, la garantie d’un accès à la mobilité pour tous, autrement appelé « droit à la mobilité », constituerait l’une des conditions permettant la participation de tous les individus à la vie sociale, autrement dit d’une société inclusive. Dans la pratique, toutefois, la mise en œuvre de ce droit à la mobilité se révèle particulièrement problématique. Dans cette présentation, Caroline Gallez propose d’aborder cette question sous différents angles. 
Le premier concerne les représentations sociales. Si la mobilité est présentée comme une valeur centrale de nos sociétés contemporaines, la capacité à se déplacer, loin d’être une aptitude universelle, est construite et produite socialement. La mise en œuvre d’un droit social à la mobilité implique en particulier la définition et l’application de dispositifs techniques, d’outils réglementaires, juridiques, tarifaires, de catégories, de frontières, qui permettent ou facilitent les déplacements des uns au détriment de ceux des autres, s’opposant de fait à l’idéal d’un droit universel et individuel à la mobilité. 
Le deuxième angle concerne la question de l’équité sociale face à la mobilité. En se concentrant sur le cas de la mobilité quotidienne, c’est-à-dire des déplacements des personnes associés à la réalisation de leurs activités habituelles, Caroline Gallez souligne la difficulté de mesurer des inégalités sociales à partir des inégalités dans les pratiques de déplacement. Du fait de conditions de plus en plus tendues sur le marché de l’emploi comme sur le marché du logement, les personnes en situation de précarité sont parfois très mobiles, mais soumises à de fortes contraintes dans leurs déplacements, qu’il s’agisse du mode de transport emprunté, des horaires ou du coût monétaire supporté. Si certaines personnes pauvres ou précaires souffrent d’un manque d’accès aux moyens de transport, d’autres sont au contraire pénalisées par une mobilité très contrainte, qui n’est pas prise en compte par la question du droit à la mobilité.
Le troisième angle interroge la question des « besoins » de mobilité. L’aptitude à être mobile, à se déplacer, à s’adapter, à être flexible, constitue un prérequis pour tous les individus, en particulier pour les actifs. Au-delà de la critique idéologique, on constate que la « norme sociale » de mobilité a fortement augmenté. En intégrant dans leur stratégie les capacités de mobilité croissante de la population, les acteurs publics et privés ont en effet favorisé une dispersion croissante des activités dans l’espace, aboutissant de fait à la marginalisation des moins mobiles.
Ces constats soulignent la nécessité de poser de manière plus globale la problématique de l’accès aux ressources, en évitant de la réduire à la question de la facilité d’accéder à des lieux distants. Caroline Gallez explorera l’intérêt du recours à la notion et aux indicateurs d’accessibilité, tant vis-à-vis de la prise en compte de l’équité sociale que de l’avènement d’une approche plus transversale des politiques publiques. 

Références

Fol S. & Gallez C, 2014, Social inequalities in urban access: better ways of assessing transport improvements, In Sclar E., Lönnroth M., Wolmar C. (eds.), Getting There/Being There: Financing Enhanced Urban Access in the 21st Century City, New York, Routledge, 46-86. 
Gallez C., 2015, La mobilité quotidienne en politique. Des manières de voir et d’agir, Thèse d’habilitation à diriger des recherches en aménagement de l’espace et urbanisme, Université Paris-Est, Soutenue le 5 juin 2015, ENPC, Marne-la-Vallée. 
Gallez C., Motte-Baumvol B., 2017, Inclusive mobility or inclusive accessibility? Cuadernos de Deusto, special issue « Governing mobility in Europe », article accepté, à paraître.

Télécharger (en pdf) le programme de l'année 2016-2017, ci-dessous :
program-seminairesgrets_2016-2017.pdf

Les séminaires du GRETS sont des séminaires ouverts, sans inscription préalable, dans la limite des places disponibles

 

Détails

Mercredi 21 février | 9h30-12h30

Maison SUGER, 16 rue Suger (6ème)

Ajouter à mon agenda

Partager
Séminaire

Voir aussi